Accueil / Développement personnel / Confiance en soi / Le syndrome de l’imposteur


Le syndrome de l’imposteur

De nombreuses personnes pensent qu’elles ne sont pas assez expertes pour écrire des livres informatifs.

Je parle de livres informatifs, mais le problème est le même pour n’importe quel produit d’information. Il est habituel d’être passionné par un sujet, mais de s’interdire de donner son avis et de partager ses connaissances.

Certains appellent cela le syndrome de l’imposteur. Je ne peux pas parler de tel domaine parce que je n’ai pas les bons diplômes. Je n’ai pas assez d’expérience. Je ne connais pas assez bien le sujet. Je ne suis pas légitime. D’autres sont bien meilleurs que moi. Tout a déjà été dit…

Vous vous répétez sans doute certaines de ces affirmations. Comme je le disais, il est assez habituel de percevoir les choses ainsi.

Mais il s’agit uniquement d’un problème de confiance en soi. Comme je vais vous le montrer, le syndrome de l’imposteur est une forme de sabotage qui n’est pas basé sur la réalité des faits.

En réalité, si peu que vous vous passionnez pour un sujet depuis quelque temps, vous êtes déjà bien plus expert que n’importe quel débutant.

C’est même pire que cela, il y a de grandes chances pour que vous soyez déjà trop expert.

Vous vous demandez comment il est possible d’être trop expert ? L’excès d’expertise engendre pourtant plusieurs problèmes.

Par exemple, une personne qui a seulement une petite expérience dans un domaine sera plus proche des débutants. Elle comprendra mieux leurs problèmes et parlera leur langage.

Inversement, une personne trop pointue dans ce même domaine risque de partager une vision obscure. Son discours sera trop complexe et il ne parlera pas aux débutants.

Lorsqu’on crée du contenu, le fait d’être trop expert dans notre sujet est aussi un problème pour soi-même.

D’un côté, la passion est nécessaire. Lorsque nous n’avons aucune passion pour le sujet que nous traitons, il est difficile d’intéresser les gens. Mais d’un autre, cette passion nous conduira forcément à développer une vision trop profonde qui n’intéressera que 10% des gens.

Lorsqu’on veut qu’un livre ou un produit d’information se vende, il faut se mettre à la portée de la majorité des gens. Et lorsqu’on est passionné par un sujet, on constate que la majorité des gens qui s’intéresse à ce sujet le fait d’une manière plus superficielle que nous.

Si peu que vous vous intéressiez à votre sujet, si vous voulez toucher le plus de monde possible, il va falloir que vous le vulgarisiez.

Aujourd’hui, vous vous dites que vous n’êtes pas assez expert dans votre domaine. Mais le jour où vous commencerez à tester ce qui fonctionne, par exemple en mesurant la popularité de différents articles, vous vous rendrez compte que ce qui intéresse les gens n’est pas ce qui vous intéresse.

Vous serez déçu de voir que les articles qui vous tiennent le plus à cœur ne sont pas ceux qui intéressent le plus de gens. Et inversement, des articles qui vous semblaient un peu trop légers vont passionner les foules.

Vous vous rendrez alors compte que vous êtes déjà trop expert.

Si vous vous demandez comment résoudre le problème, c’est un sujet que j’ai déjà abordé il y a quelques mois dans cet article sur le produit d’information idéal.

D'autres pages qui peuvent vous intéresser :

Ce que la série des Harry Potter peut nous apprendre sur le développement personnel
Mes meilleurs conseils pour réussir