Accueil / Contenu / Game design / Le gameplay incrémental


Le gameplay incrémental

Les jeux incrémentaux constituent l’une des grandes nouveautés de ces dix dernières années. Comme toutes les innovations dans le domaine du jeu vidéo, ce concept est issu de développements indépendants. En termes de gameplay, les jeux triple A se contentent de répéter des mécaniques bien rodées sans oser innover.

Le principe de base du gameplay incrémental est simple. La difficulté augmente plus vite que la puissance du joueur. De ce fait, le joueur se retrouve confronté à un mur mou. Il n’est pas bloqué dans sa progression par un obstacle clairement défini. Mais plus il avance dans le jeu, plus il est difficile d’avancer.

Pour repousser le mur mou, il est possible de débloquer des améliorations qui donneront un renouveau de puissance au joueur.

Mais le déblocage des améliorations sera également de plus en plus long. Et le joueur finira par être freiné dans sa progression par un autre type de mur mou lié au déblocage des améliorations.

Plus le joueur avance dans sa partie, plus il accumule des points de prestige. Ces points appliquent un multiplicateur à la puissance du joueur, mais pour en profiter, le joueur doit recommencer sa partie. Donc plus le joueur recommence sa partie, plus il avancera vite et plus il ira loin dans le jeu. Mais du fait de la progression exponentielle de la difficulté, il sera toujours bloqué par un mur mou qu’il devra dépasser.

Les jeux incrémentaux sont aujourd’hui assez minimalistes. On distingue deux tendances, les clickers et les idles. Dans les clickers, il faut cliquer pour obtenir des ressources. Dans les idles, il faut attendre. La dimension unfolding est également importante. Pour qu’un tel jeu soit intéressant, il faut que de nouvelles mécaniques se dévoilent au fur et à mesure que le joueur avance. Mais on peut imaginer l’utilisation du gameplay incrémental dans n’importe quel type de jeu évolué, gestion, stratégie, jeu de rôle…

Le jeu incrémental le plus évolué actuellement est Realm grinder. Dans ce jeu, il est question de gérer un village dans un monde de fantasy. Mais la notion de gestion est très minimaliste. Realm grinder est évolué en termes d’unfolding, pas en termes de gestion. Ce jeu contient en effet de nombreux éléments à explorer et à débloquer.

On commence la partie avec une race du bien, plus rapide au départ, par exemple les fées. Chaque race apporte des améliorations spécifiques. On gagne de l’or en cliquant, mais aussi en attendant. Les bâtiments coûtent de plus en plus d’or alors que l’avantage apporté par chaque bâtiment est toujours le même.

Le jeu possède deux systèmes de prestige, l’abdication et la réincarnation. Après plusieurs abdications, il est temps de passer aux races du mal, plus lentes à mettre en place, mais permettant d’aller plus loin, par exemple les morts-vivants. Les points gagnés avec les abdications permettent d’accélérer le démarrage.

Ensuite, on débloque les races neutres encore plus lentes à démarrer, mais permettant d’aller encore plus loin, par exemple les sans visage.

Ensuite, il est possible de débloquer les races souterraines, nain pour le bien et drow pour le mal. On peut aller plus loin que les races neutres en jouant par exemple fée plus nain, puis mort-vivant plus drow.

Lorsqu’on a gagné assez de points avec les abdications, il est possible de remettre les compteurs à zéro et de recommencer avec un bonus de réincarnation.

Et de réincarnation en réincarnation, on débloque de nouvelles mécaniques de jeu… À un certain niveau, on débloque par exemple les mercenaires. Cette option permet de créer des combinaisons puissantes à un certain moment de la partie, en piochant dans les améliorations de chaque race. Mais les mercenaires sont longs à mettre en place. Dans chaque incarnation, il faut d’abord passer par les races classiques pour avoir assez de points d’abdication pour rendre les mercenaires jouables.

Le but de cet article est de décrire les principes du gameplay incrémental avec un exemple. Dans un prochain article, je parlerais des mécanismes psychologiques impliqués dans ce type de jeux tout en essayant de comprendre pourquoi ils donnent du plaisir.

D'autres pages qui peuvent vous intéresser :

L’éthique des jeux freemium
Le gameplay incrémental
+ Pourquoi le gameplay incrémental donne-t-il du plaisir ?