Accueil / Contenu / Contenu payant / Le problème des fictions contemporaines


Le problème des fictions contemporaines

Depuis les années 50, des scénaristes se sont inspirés des travaux de Joseph Campbell pour développer de meilleures histoires. Jung a conceptualisé l’archétype du héros en se basant sur les théories de Freud. Campbell a développé sa théorie du voyage du héros à partir des travaux de Jung. Christopher Vogler en a fait une méthode pour écrire des histoires.

Mais au final, la plupart des auteurs utilisent le voyage du héros de manière superficielle, sans connaître le contexte qui a permis l’émergence de cette théorie. Aujourd’hui, le voyage du héros est devenu une recette de cuisine pour générer une succession d’événements. Mais en réalité, l’archétype du héros est le modèle d’une transformation intérieure. Cette transformation peut d’ailleurs se produire, même lorsque les événements restent constants.

Imaginons que je me lance dans un nouveau domaine. Plus je développe mes connaissances dans ce domaine et plus je vais être conscient des difficultés. Cela va provoquer une « descente aux enfers ». Mais en développant mes compétences, je vais transcender les difficultés. Le monde extérieur n’a pas changé, mais je vais pourtant suivre le chemin du héros en prenant conscience des difficultés et en les surmontant.

Aujourd’hui, bon nombre d’auteurs écrivent des intrigues qui ne pénètrent pas leurs personnages. Quoi qu’il se passe, ils vont rester égaux à eux-mêmes. Les histoires qu’ils vivent ne vont pas les transformer.

L’utilisation systématique du voyage du héros pose un autre problème. L’archétype du héros modélise le chemin de la maturité. Lorsque devant les difficultés, nous décidons de devenir plus forts, nous suivons le chemin du héros. Mais lorsque nous cherchons des excuses et que nous préférons blâmer le monde extérieur, nous suivons au contraire la voie de l’immaturité.

Les histoires ont besoin de héros parce que c’est cela qui nous inspire et nous donne envie de les lire. Mais par souci de réalisme, il ne faut pas oublier que nous ne suivons pas systématiquement le chemin de la maturité. Certaines personnes ne le suivent jamais. Prendre en compte ce phénomène permet au passage de créer des méchants beaucoup plus réalistes.

Certains auteurs sont conscients de ce problème et ont décidé de mettre en avant la transformation des personnages. Mais les ressources sur ce sujet sont encore rares, surtout en français. Si cela vous intéresse, je vous conseille de suivre ce blog qui traite de l’arc du personnage. Pour ne pas rater d’articles, vous pouvez également vous inscrire sur la page Facebook « Histoire d’écrire ».

D'autres pages qui peuvent vous intéresser :

Peut-on gagner sa vie en vendant des livres sur CreateSpace ?
Auto-édition ou édition classique ?
Des idées pour faire connaître vos romans
La méthode la plus facile pour gagner sa vie sur internet
Littérature et transmédia
Comment créer le produit d’information idéal